Voici l'état de l'écosystème des développeurs en 2019 : l'évolution du monde du code
D'après une enquête menée par Jetbrains

Le , par Jonathan

84PARTAGES

6  0 
S'il existe bien un domaine dans lequel les connaissances doivent régulièrement être mises à niveau, c'est bien celui de la programmation informatique. Dans ce domaine en constante évolution, de nouveaux outils sont développés assez régulièrement. Parfois, les développeurs n'ont même pas encore eu le temps de se familiariser avec un outil, qu'un autre est déjà sorti et qui possède des fonctionnalités plus poussées que le précédent. C'est donc ainsi qu'il arrive que certains outils gagnent en popularité pendant que d'autres tombent dans l'oubli du fait d'être de moins en moins utilisés.

Dans le but de saisir l’état actuel de ce domaine en constante évolution, Jetbrains a mené une enquête et le rapport produit permet de comprendre et se faire une idée de l'état de l'écosystème des développeurs en 2019. Plus de 19000 personnes ont participé à cette enquête qui comportait plus de 150 questions, mais seules les réponses d'environ 7000 répondants ont été prises en compte pour la rédaction de ce rapport d'enquête.

D'après ce rapport, bien que Javascript soit le langage de programmation le plus utilisé au cours des 12 derniers mois, il est tout de même classé derrière Java et Python dans la catégorie des langages de programmation les plus appréciés par les développeurs. Il a été constaté au cours de cette enquête que certains langages sont parfois utilisés en tant que langages secondaires ou supplémentaires, et malgré le fait que beaucoup de développeurs les utilisent assez souvent, très peu les classent comme principaux langages de programmation.

Le rapport révèle également que Windows est le système d'exploitation le plus utilisé avec 57 % des répondants qui ont affirmé s'en servir. L'OS macOS arrive en deuxième position avec 49 % de développeurs qui l'utilisent et à la troisième place, arrive Unix / Linux pour 48 % de répondants qui déclarent s'en servir également.


Le rapport aborde également un point qui peut sembler préoccupant : il s'agit des projets open source qui ne bénéficient que très peu de la contribution des développeurs. En effet, seulement 11 % des répondants ont affirmé avec certitude qu'ils contribuaient au moins une fois par mois à un projet open source, tandis que 40 % affirment ne pas le faire du tout, bien que ce ne soit pas l'envie qui manque.


Concernant les tests dans applications développées, ceux qui sont les plus utilisés, sont les tests unitaires et les tests d'intégration. Mais l'enquête a également permis de savoir que 16 % des développeurs n'ont aucun test dans leurs projets.


Parmi les types d'applications les plus développées, on se doute bien que les applications web occupent les premières places avec 60 % des répondants qui affirment développer régulièrement ce type d'application. Ce n'est qu'après celles-là, qu'arrivent les applications mobiles développées par 23 % des répondants.


Pour leurs développements mobiles, 83 % des répondants ont déclaré qu'ils développaient des applications pour Android contre 59 % qui disent le faire pour iOS. Il faut également savoir que les deux tiers des développeurs mobiles utilisent des outils natifs dans leurs projets de développements mobiles.



Ceux des développeurs mobiles qui n'utilisent pas d'outils natifs pour développer leurs applications mobiles, se servent des technologies ou des infrastructures multiplateformes dont la plus utilisée est React Native, avec 42 % des répondants qui affirment s'en servir. Après, arrivent Flutter (30 %) et Cordova (29 %).


Les réponses des répondants à certaines questions permettent également de se rendre compte d'un fait assez intéressant : plus les gens codent au travail, plus ils sont susceptibles de faire des rêves dans lesquels ils codent. Ce rapport nous informe aussi que les professionnels de l'apprentissage automatique (machine learning) sont moins inquiets par rapport au fait que l'IA remplace un jour les développeurs.


Cette enquête permet donc d'avoir un aperçu de cet écosystème en constante évolution. L'enquête a couvert un large éventail de sujets avec des questions approfondies sur certains d'entre eux. Ainsi donc, on peut se faire une idée de ce par quoi passent les développeurs dans leur métier en cette année 2019. Pour ceux qui voudront en apprendre d'avantage sur cette enquête, ils devront faire preuve d'un peu de patience, car Jetbrains envisage de bientôt partager les résultats complets avec les données brutes rendues anonymes.

Source : Jetbrains

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Pensez-vous que l'échantillon utilisée pour l'enquête soit suffisant ?
Êtes-vous totalement ou en partie d'accord avec les données de cette enquête ?

Voir aussi :

Un développeur JavaScript estime que l'écosystème Node.js est « chaotique et peu sûr » et voici pourquoi
Les développeurs devraient abandonner les méthodes agiles selon Ron Jeffries l'un des signataires du Manifeste Agile
Google ouvre le domaine de premier niveau .dev à tout le monde et espère créer un écosystème dédié aux développeurs et à la technologie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Kulvar
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 17/06/2019 à 12:21
"dans le futur" c'est vague.
Je pense bien que dans 100 000 ans, il y aura plus rien qu'une IA ne pourra faire.
Si on me demande de répondre pour dans 5-10 ans par contre...
0  0 
Avatar de i5evangelist
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/06/2019 à 13:51
Heeuuuu, 100.000 ans, peut-être un brin avant
Moi qui ai commencé avec le plan informatique pour tous sur des Bull Micral, je peux témoigner qu'en 35 ans, il s'en est passé des choses.
Est-ce qu'il y aura encore des bonhommes sur terre dans 100.000 ans, "zatize ze question". L'intelligence artificielle, ya rien de mieux pour zigouiller son prochain ... :-(
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique JetBrains

Partenaire : Hébergement Web